• aespnantes@gmail.com

Bilan du voyage d’études 2015-2016

Un voyage riche en émotion pour tout le monde…

Pour sa première fois, le Master de Sciences politiques de l’Europe a envoyé ses étudiants de deuxième année à Bruxelles pour un tour des institutions. Mais ce voyage a été bien différent de ce à quoi nous nous attendions…il eut fallu tomber sur une semaine tristement historique, celle des attentats de Bruxelles.

Choqués mais indemnes, nous n’avons effectué que les visites prévues le lundi, toutes les autres ayant, bien entendu, été annulées. Pas de visite, une ambiance compliquée et une tristesse bien visible nous ont malgré tout permis de découvrir d’une façon différente cette ville magnifique. Nous tenons à remercier sincèrement Tristan Storme, notre enseignant bruxellois qui a su nous tenir occupés et nous faire visiter sa ville malgré les événements.

Mais ce sont les étudiants et enseignants présents qui en parlent le mieux, voici leurs quelques témoignages:

« Bien que les visites initialement prévues aient été fortement perturbées en raison des tristes événements survenus à Bruxelles, ce séjour a été très bénéfique pour les étudiants qui se destinent à une carrière journalistique. En effet, ces événements ont été l’occasion de comprendre les rouages des médias sous un nouvel angle, plus concret : présence de multiples journalistes internationaux place de la Bourse, possibilité de voir comment des interviews télévisées sont menées pour faire témoigner les gens, demandes d’interviews par téléphone de certains membres du groupe (pour la radio et la presse locale) à partir de commentaires laissés sur les réseaux sociaux, etc. » Mathilde

«Malgré les événements tragiques auxquels nous avons été confrontés (événements qui compromirent une grande partie de nos rencontres), nous pouvons tirer un bilan positif de notre séjour à Bruxelles. Nos rencontres avec Philippe Perchoc ou encore avec la représentation de la région Pays de la Loire auprès de l’UE nous a permis de voir un aspect assez peu étudié de la politique européenne. » Emmie

« Le voyage à Bruxelles a permis de se rendre compte de l’importance des réseaux européens, quand bien même les attentats nous ont empêché de nous rendre aux principales institutions. En effet, tous les Etats de l’Union y sont représentés avec leurs délégations, et cela se voit très bien de manière géographique et urbanistique par l’implantation de leurs bâtiments que nous avons pu voir d’extérieur. Bruxelles constitue donc un espace stratégique qui, de manière privilégiée, permet de mettre en réseaux des myriades d’acteurs de tous horizons. Le voyage a également permis à la promotion de se rapprocher et de tisser davantage de lien avec le corps enseignant, entretenant par là « l’esprit de promo ». » Kévin

« Les étudiants du master 2 de science politique de l’Université de Nantes ont vécu lors de leur voyage à Bruxelles en mars 2016 un événement historique dont ils se souviendront toute leur vie.  Si le programme initialement prévu n’a pas pu être réalisé, le groupe a pourtant énormément appris lors de ces quelques jours, au cours desquels il a été confronté à l’un des immenses défis auxquels l’Union européenne fait aujourd’hui face : le terrorisme. Au cours de ce voyage d’étude -dont le cours a pris un tour bien imprévu- les étudiants ont assisté in situ aux manifestations de solidarité place de la Bourse, ils ont pu collectivement s’interroger sur les controverses suscitées par les attentats et sur les enjeux d’une plus grande coordination des politiques publiques de sécurité en Europe. », Corps enseignant, accompagnateurs.

« La visite des institutions européennes nous aura permis de saisir toute la mesure de la coopération au sein de l’Union européenne. Ainsi, la coopération n’était plus pour nous un simple principe désincarné érigé dans le Traité de l’Union, mais l’expression d’une véritable entente entre femmes et hommes qui dépassent leurs différences culturelles et territoriales afin de servir au mieux les citoyens européens. Il est reproché de façon insistante à l’Union européenne qu’elle exerce une autorité complexe et lointaine des citoyens, mais précisément ces visites nous ont apporté des réponses à nos attentes d’information et de transparence politique, avec en outre une compréhension accrue des interactions qui se jouent entre les diverses institutions et acteurs qui animent l’entreprise européenne. C’est de cette façon que les institutions européennes ne nous apparaissent plus comme le résultat d’une machine bureaucratique animée par une myriade d’organismes superposés et intriqués. Cette étudedes institutions a fait donc lumière sur l’ampleur de leur fonction. », Valentina

« A travers ce voyage, il s’agissait initialement pour ma part de découvrir les institutions européennes en dépassant leur seul aspect fonctionnel et théorique (étudié durant mon cursus scolaire), en découvrant ce qu’elles recouvrent effectivement et concrètement. D’autre part, étant actuellement doctorante en sociologie politique sur la question des retraits de la vie politique, ce voyage comportait également l’idée d’approcher le Parlement européen et ses élus, de prendre un certain nombre de contacts susceptibles de m’être utile au cours de mes recherches. Evidemment, les attentats survenus au début de notre séjour ont grandement modifié ces projets et objectifs. Cependant, les visites de la première journée (le lundi) se sont révélés d’une grande richesse. J’insiste particulièrement sur celle à la représentation permanente de la Région des Pays de la Loire à Bruxelles. En effet, ayant effectué un stage au Conseil Régional (en juin-juillet 2014), cette visite m’a permis de mieux saisir les différentes strates des gouvernances régionale et européenne (et notamment le rôle de lien, d’information, de relais des politiques régionales à l’échelle de l’Union Européenne et inversement). Enfin, bien que le programme fut, au vu des circonstances, chamboulé, nous avons pu visiter et arpenter la magnifique ville qu’est Bruxelles. », Louise

« En organisant ce séjour à Bruxelles pour l’ensemble de ma promotion, j’avais en tête plusieurs choses : renforcer la cohésion entre étudiants et enseignants, renforcer nos connaissances sur le fonctionnement de la machine institutionnelle européenne parfois complexe et peu palpable à distance, rencontrer ses acteurs pour apprendre davantage de concret et créer du réseau… Le lundi 21 a été une journée riche en apprentissages et tous ces objectifs de départ étaient réunis et atteints, le voyage débutait parfaitement et nos échanges avec la Région à Bruxelles furent fructueux. 
Mais à partir du mardi 22 au matin, tout a basculé et ce séjour pédagogique s’est vite transformé en une expérience humaine forte. Nous étions au cœur de l’Histoire et cela ne faisait aucun doute, nous serions marqués à vie. Nous partions à Bruxelles avec pour thème de séjour, « La politique étrangère et de sécurité. ».  L’horreur de ces événements nous a projeté avec force dans cette politique que nous voulions approcher de plus près, de trop près cette fois-ci. Nous avons dès lors observé, comme jamais nous n’aurions pu, et voulu, l’échec d’une politique européenne en manque de coopération et de coordination, la difficile mise en place d’une lutte commune contre le terrorisme, nouvel enjeu d’une Europe en crise, la machine médiatique actionnée avec rapidité qui nous a touché de plein fouet (diverses demandes de témoignages nous sont parvenues en quelques heures) la peur des populations, mais aussi la solidarité des peuples Place de la Bourse, la joie de vivre persistante dans les bars malgré la tragédie, et une Bruxelles touchée mais toujours debout. C’est cette Bruxelles que nous avons arpenté de tous côtés grâce à Tristan Storme, notre enseignant Bruxellois qui a su remplacer ces jours de visites programmées et annulées, le choc et la tristesse de l’événement par la découverte d’une ville multiculturelle au patrimoine riche. 
J’ai organisé un voyage auquel je ne m’attendais pas, nous nous en souviendrons tous. Nous avons appris énormément, de la pire des façons qu’il soit, ce voyage de 4 jours nous a paru être un voyage de 2 semaines tant les émotions furent intenses et parfois contradictoires. Nous sommes partis pour apprendre davantage avant notre saut dans la vie d’adultes accomplis, nous sommes partis pour resserrer nos liens, pour nous connaître, voilà choses faites aujourd’hui. », Manon